Consultant en renforcement institutionnel et gestion de cycle de projet

Termes de référence

Consultant en renforcement institutionnel et gestion de cycle de projet

Lieu d’affectation: Bruxelles, Belgique

Titre de la position: Consultant en renforcement institutionnel et gestion de cycle de projet 

Durée du contrat: De 20 à 30 jours entre juin et novembre 2018 (sous réserve des disponibilités du groupe cible

I. Contexte

Dans le courant des dix dernières années, lors de différentes consultations et conférences de haut niveau, la communauté internationale a reconnu officiellement l’interdépendance entre migration et développement ainsi que le rôle positif que jouent les migrants dans le développement des pays d’origine et de destination. La Belgique a été parmi les premiers pays à soutenir ce processus de reconnaissance, entre autres par l’organisation du 1er Forum Global sur la Migration et le Développement en juillet 2007.

L’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) est la principale organisation intergouvernementale dans le domaine de la migration. La Constitution de l’OIM reconnait le lien entre la migration et le développement économique, social et culturel. Par rapport à cette thématique « migration et développement », l’un des points de l’orientation stratégique de l’OIM est ainsi d’« aider les Etats à faciliter l’intégration des migrants dans leur nouvel environnement et à susciter l’engagement des diasporas, entre autres comme partenaires du développement ».

Le bureau pays de l’OIM en Belgique (OIM Belgique) est engagé depuis le début des années 2000 sur des projets de Migration et Développement qui visent à soutenir la contribution et l’engagement des diasporas dans des projets de développement des pays d’origine. Il s’agit de projets qui furent mis en œuvre tout d’abord avec les diasporas du Burundi, de la République Démocratique du Congo et du Rwanda (le programme MIDA entre 2001 et 2013), puis avec la diaspora Marocaine (le projet MEDMA entre 2012 et 2015) et actuellement avec d’autres diasporas d’Afrique Sub-saharienne telle que la diaspora Guinéenne. Le projet ci-dessous, qui vise particulièrement les femmes de la diaspora, s’inscrit dans ce contexte global.

II. Projet OIM auquel contribuera le consultant :

L’OIM Belgique lance un nouveau projet qui vise à soutenir les associations de femmes de la diaspora Africaine en Belgique pour renforcer leur rôle dans le développement des pays d’origine.

Il s’agit d’un projet pilote pour l’OIM Belgique qui soutiendra entre 10 et 15 associations de femmes de la diaspora Africaine qui sont impliquées dans des activités de développement mises en œuvre dans les pays d’origine. Le projet vise particulièrement les pays prioritaires de la Coopération belge au développement : Maroc, Sénégal, Mali, Guinée, Burkina Faso, Bénin, Niger, Ouganda, Tanzanie, Rwanda, Burundi, République Démocratique du Congo et Mozambique.

Pour situer le consultant dans le cadre global du projet pilote, celui-ci a les deux objectifs ci-dessous :

- Objectif 1 : Contribuer au renforcement des associations de femmes de la diaspora Africaine pour soutenir un engagement plus durable de leurs activités liées au développement des pays d’origine

- Objectif 2 : Apporter davantage de visibilité en Belgique sur les projets et les activités effectuées dans les pays d’origine par les associations de femmes de la diaspora Africaine de Belgique

L’objectif 1 cible donc le renforcement de capacités des associations et il s’effectuera dans trois thématiques, chacune faisant l’objet d’une formation distincte :

  1. Le renforcement institutionnel et la gestion de cycle de projet
  2. Le lien entre migration et développement avec une approche genre
  3. Les femmes et la résolution de conflits et le maintien de la paix/de la cohésion sociale

Le consultant engagé dans le cadre de ces Termes de Référence (TdR) se limitera à la 1ère formation.

Les associations ciblées par le projet proviendront des trois régions de la Belgique. La répartition sera toutefois décidée selon les candidatures d’associations reçues.

Concernant la langue utilisée, comme il s’agit d’un projet pilote et que les pays d’origine des diasporas identifiées sont à majorité francophone, le matériel produit et la formation seront en Français.

Le nombre estimé de jours de travail prévu pour cette consultance est entre 20 et 30 jours minimum sur une période s’étalant entre juin et novembre 2018. La période de la formation devra être définie en lien avec la disponibilité du groupe cible : les femmes de la diaspora africaine représentantes d’associations impliquées dans des activités de développement au sein des pays d’origine.

A titre d’indication, le budget total pour l’ensemble du projet est de 63.233 EUR.

III. Tâches à effectuer par le consultant :

Sous la direction générale de la Chef de mission du bureau national de l’OIM en Belgique et plus particulièrement sous la direction de la Chargée du Projet dans l’unité Migration & Développement, le Consultant sera chargé des tâches suivantes :

1. Participer à la sélection des associations de femmes de la diaspora qui seront impliquées dans la formation
Un appel à participation pour les associations de femmes de la diaspora en Belgique sera lancé en parallèle à ces TdR. Cet appel inclura un questionnaire de candidature qui permettra d’avoir des informations plus détaillées sur les associations candidates : leurs activités de développement avec les pays d’origine, leurs capacités d’action actuelles, leur intérêt à participer à ce projet, leurs besoins et priorités etc.  

En coordination avec l’OIM, la 1ère tâche du consultant sera de finaliser la sélection des associations qui prendront part au projet. L’OIM établira un tableau récapitulatif des dossiers reçus et la sélection s’effectuera sur base de critères de sélection discutés et approuvés entre l’OIM et le consultant. 

2. Identifier les besoins et priorités des associations sélectionnées
Bien que les thèmes principaux de la formation soient identifiés (renforcement institutionnel, gestion de cycle de projet, identification et accès à des sources de financement), le consultant devra d’abord prendre connaissance du contexte de chaque institution : mieux connaitre les associations sélectionnées et dresser un état des lieux : quelles sont leurs niveaux de connaissance, leurs besoins et leurs priorités. Ceci se fera via une prise de contact (interview ou questionnaire e-mail). Ceci permettra d’élaborer un manuel de formation adéquat (point 3) et de dispenser une formation qui répondent à des besoins plus précis (point 4).

3. Elaborer le manuel de la formation
Le manuel sera composé des 4 sections ci-dessous et devra être adapté aux niveaux de connaissances et besoins des associations sélectionnées. Le manuel devra aussi avoir un format pratique avec des exemples de cas ainsi qu’un format aisé à consulter (reader-friendly) qui favorisera l’interaction des participantes lors de la formation.

Structure du manuel :

Section 1 : Un guide de tuteurs pour une « formation de formateurs » avec la méthodologie et les outils sur les manières de former les participants adultes pour effectuer des formations dans les domaines acquis.
Section 2 : La méthodologie et outils liés au développement organisationnel et au renforcement des institutions telles que ONG et ASBL (comment structurer et consolider une organisation, etc.)
Section 3 : Les étapes et les outils de gestion de cycle de projet (développement de projet, mise en œuvre et suivi, comment accéder au financement, comment améliorer la visibilité, etc.). La composante sur la collecte de fonds devra être particulièrement forte et renforcée par la 4ème section du manuel.
Section 4 : Un répertoire sur les fonds accessibles et les appels à propositions récurrents en Belgique (au niveau fédéral, régional et municipal) et au niveau communautaire pour lesquels les ONG et surtout les ASBL correspondent aux critères d'éligibilité.

4. Dispenser la formation auprès du groupe cible
Le public visé par la formation sera donc composé des représentantes des associations de femmes sélectionnées de la diaspora Africaine en Belgique qui sont engagées dans des activités de développement dans leur pays ou région d’origine. Il s’agira de 10 à 15 associations avec une ou deux représentantes par associations (en fonction de la taille des associations) pour un total de 20 participantes.

La formation, d’une durée maximale de 4 jours et dispensée en français, portera sur deux thématiques principales : 

- le renforcement institutionnel/organisationnel des associations, plus particulièrement au niveau de l’organisation administrative nécessaire pour pouvoir travailler avec des bailleurs de fonds. 

- la gestion de cycle de projet et l’accès concret à des possibilités de financements au niveau de la Belgique et de la Commission Européenne.

La formation sera dispensée à ce groupe restreint de représentantes des associations selon une méthode de « formation de formateurs », les participantes devant ensuite restituer l’information reçue aux autres membres des associations dans le cadre d’un atelier de réflexion (point 5). Le rôle de formateur du consultant s’effectuera donc en deux parties : la formation en tant que telle décrite sous ce point 4 et l’atelier de restitution et de réflexion développée sous le point 5.

5. Accompagner et guider le groupe cible lors d’un atelier de réflexion auprès de leurs associations respectives
Après la formation décrite au point 4 et les deux autres formations prévues dans le cadre du projet (Migration & Développement, et Résolution de conflits), les représentantes ayant reçu la formation seront chargées de retransmettre les informations reçues auprès de leurs associations respectives lors d’un atelier de réflexion. Cet atelier visera à développer les prochaines étapes selon les priorités respectives de chaque institution (par exemple, développer la structure organisationnelle, réfléchir sur les thématiques prioritaires, préparer une proposition de projet etc).

Cette session sera de maximum 4 jours et pourra s’effectuer dans la langue généralement utilisée par les membres de chaque association (français, néerlandais ou anglais). Comme pour la formation du point 4, la répartition des jours de formation devra s’effectuer en accord avec la disponibilité des participantes (en semaine ou en weekend, sur quatre jours successifs ou réparti sur quatre semaines etc).  

Pour cet atelier de réflexion, le rôle du consultant sera alors un rôle d’appui et de conseil (« coaching ») auprès des formatrices qui effectueront la formation et formeront donc à leur tour les membres de leurs associations respectives.

6. Effectuer un compte rendu de la formation 
Ce compte rendu sera principalement une évaluation de la formation et de l’atelier de restitution/réflexion avec une identification des points positifs, des défis et des suggestions au cas où d’autres formations peuvent être envisagées par la suite. Pour cela, les participants aux formations seront invités à remplir une fiche d’évaluation après chaque formation. Le compte rendu inclura aussi les bonnes pratiques quant aux outils de visibilité que les associations de femmes de la diaspora utilisent pour faire connaître leurs activités et projets.

IV. Répartition des jours de travail et calendrier estimatif : 

Le nombre de jours de travail de 20 à 30 jours est estimatif et le nombre final s’établira en fonction de la proposition financière du candidat sélectionné. De même, les dates de formation ci-dessous sont estimatives et les dates finales seront à fixer en fonction des disponibilités des associations lorsqu’elles seront identifiées.

 

Tâches du consultant

Nombre de jours de travail

1

Participer à la sélection des associations de femmes

2 à 3

2

Identifier les besoins des associations

4 à 5

3

Elaborer le manuel de formation

4 à 6

4

Dispenser la formation auprès du groupe cible

4 à 5

5

Accompagner et guider le groupe cible lors de l’atelier de restitution

4 à 10

6

Effectuer un compte rendu de la formation

1 à 2

 

 

Total de 20 à 30 jours

V. Résultats attendus : 

Le consultant partagera avec l’OIM le module de formation qui servira de support aux femmes de la diaspora et aux associations deux semaines avant la formation. Ce module sera divisé selon les points à aborder : renforcement institutionnel, gestion de cycle de projets et accès aux financements.

A la fin de la 1ère session de formation, les bénéficiaires maîtriseront les concepts et procédures nécessaires pour :

- le renforcement institutionnel de leur association (pour celles qui estiment des modifications nécessaires)

- la compréhension des étapes pour la gestion de cycle de projet et plus particulièrement la rédaction de propositions de projets

Les bénéficiaires de la 1ère formation doivent ensuite être à même d’effectuer la formation auprès des autres membres de leurs associations respectives. L’atelier de restitution effectué par chaque association doit conduire à l’élaboration d’un document lié aux priorités et besoins de chaque association (tel que mentionné sous la tâche 5).  

VI. Critères de sélection du consultant :

  • Expérience avec la gestion de cycle de projet
  • Expérience dans le domaine de la formation/éducation avec un public adulte
  • Expérience avec la diaspora de pays africains résidant en Belgique et plus particulièrement les femmes
  • Expérience avec les bailleurs de fonds belges et européens
  • Connaissance des langues : excellente maitrise du français, très bonne connaissance du néerlandais et connaissance de l’anglais un avantage
  • Basé en Belgique

VII. Dates et modalités pour postuler

Le dossier de candidature devra comprendre les 3 documents suivants :

- un CV

- une lettre de motivation

- une proposition financière

Les candidats intéressés enverront leur dossier de candidature d’ici le lundi 21 mai 2018 à l’OIM Belgique :

Mr. Rob De Lobel – rdelobel@iom.int

Et Mme. Coryse Lehembre – clehembre@iom.int

Les interviews auront lieu à partir du 23 mai jusqu’au 1er juin 2018.

Les dates de formation sont à discuter avec l’OIM ainsi qu’avec les associations lorsqu’elles seront identifiées. La formation est donc sous condition de l’intérêt et de la participation des associations de femmes de la diaspora.

 

Duty Station: 
Brussels
Closing Date: 
2018-05-21 00:00:00